Le blog de René - Elie

30 juillet 2013

Pride Shabbat, Amsterdam, August 2013 - Parasha Re'eh

Last September, in the middle of fierce debates that raged in France about the gay marriage, the Archbishop of Lyon declared in the media that gay and lesbian people were about to advocate for the end of monogamy, for a society where polygamy could become the norm, a society where bestiality might be acceptable, not even mentioning the claim for legalising incest. In a certain way, this discourse was not really a surprise, as this has been for centuries the Church’s teaching about homosexuality. What I found really offensive is that a high official of such a respected institution allowed himself to uncritically spread these words coming from another age. The fact is that during these months where the country was debating the “mariage pour tous”, the equal marriage, I heard people making dreadful comments about gay and lesbian people, responsible for the decline of our country, the end of all morality, lobbying to pass on an alternative societal model, compelling for everyone.

 

I have not heard a word from our progressive leaders; they remained silent, except a masorti Rabbi from Paris. On this specific issue, all religions were speaking, hand in hand, with one voice.

I felt really isolated, repelled to the margins, identified as an immoral beast, a moral danger for our country, and this feeling was shared by a lot of gay and lesbian people.

I have to say here a few words about myself. After my ordination next July, I will be the first openly gay rabbi in France, supposed to serve a liberal community. I have never made any secret about who I am, whether to the wife I spent 20 years, with, nor to my rabbinical school, or the community. I have been told there to keep discreet. To live happily, I had to hide away. I warned the board about the danger of hiding my sexual orientation to the community, but they would not listen to me. I am not only gay, I am also gay, and this is a part of my life. I felt obliged to go against my values, and this never works!

So, I decided to tackle this issue, to tackle this situation where I felt less and less comfortable, and I wrote an open letter to the local newspaper, answering to the archbishop, disclosing myself, explaining who I am, and why I found his words deeply insulting. The fiercest opposition did not come from the outside world, but from within my community. The truth is that I have underestimated the emotional impact of my open letter, and amongst all the malicious comments I received, I found this one particularly interesting. 

“Why did you have to shout your sexual preferences from the rooftop?” asked one of my congregants.

 This made me think a lot.

 Does sexuality only define one’s orientation?

Is it really a choice? Did I woke up one morning and said to myself: “Today, I swear, I become a gay man!”

 I told him how much suffering is involved when someone decides to accept who he or she is truly.

I told him how long is the way to full acceptance, the feeling of being different, even sometime abnormal.

I told him that the first cause of suicide amongst teenagers, even today, is the lack of self-acceptance, under the pressure of the environment.

I told him that two men and two women can build a loving relationship, not only based on sex, even if it is an important part of the couple’s harmony, but no more, no less than any straight couple.

 

Our Torah portion starts with:

“See, this day, I set before you blessing and curse: blessing, if you obey the commandments of the Eternal your God… and curse, if you do not obey… but turn away from the path I enjoin upon you this day” (Dt 11:26-28).

 So, it is incumbent upon us to choose the blessing, to follow God’s path. By the way, the prohibition of male homosexual acts does not appear in Deuteronomy, but in Leviticus. I have always been struck by the impact of these two verses in Leviticus upon the lives of millions of gay and lesbian people.

 What strikes me most is what could be called the “fantasy of choice”. My own experience, which I have seen in a lot of people around me, is that we have ultimately very little choice in life. If I were doing a quick survey amongst you, I bet that very few of you would say: this is my choice!

 The only choice we have is to accept who we are, in spite of the difficulties we may encounter. In that sense, we have chosen the blessing of a life where we are true to ourselves, avoiding the curse of struggling with the demands of a rather conservative society. I am not talking about places like Amsterdam, or London where I live, cities where diversity is seen as a positive value. I am talking about the larger world, in Iran, where gays are hung, in certain African countries, where gays are threatened with capital punishment, or closer to us, in some milieu where we are mocked, despised.

 It takes a lot of courage to accept the blessing of being different in a world where a lot of people seek to erase differences. In itself, it is good to be in the margins, because from there, we are able to take a critical look at the larger society, to challenge its aspirations to be open and inclusive.

 Our unique choice is to take upon us this blessing, to tell the world that humanity is, in its very essence, diverse, made up of an infinite variety of human beings, each different, and yet, each a part of the larger human family. 

 Shabbat Shalom

Posté par Elie27 à 13:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 janvier 2013

Mafalda et Ingrid aux Etats-Unis

Mes deux filles adorées ont décidé de parcourir les Etats-Unis d'Est en Ouest. Quel voyage initiatique !

Comme elles sont modernes, elles ont ouvert un blog avec leurs tribulations nord-américaines :www.gradzufi.blogspot.com

Allez les soutenir !

 

Posté par Elie27 à 18:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 janvier 2013

Le mariage pour tous

On a lu, vu et entendu énormément de prises de position à l'occasion du mariage pour tous, et notamment durant la manifestation du 13 janvier 2013. Bien sûr, les organisateurs ont soigneusement évité tout slogan homophobe, mais ça a été difficile ! Je suis surpris et peiné de voir mon pays divisé de manière si profonde, et de voir que des gens manifestent massivement contre l'extension d'un droit, au lieu de tendre vers le progrès. Lorsque le droit de manifester devient l'expression des opinions les plus conservatrices, on est en droit d'être inquiet. Tous ces gens se gorgent du succès (relatif) de la mobilisation, des dérapages verbaux ont eu lieu: et pourquoi pas l'inceste? Et pourquoi pas la zoophilie? La bêtise, elle, n'a pas de limites.

La question fondamentale est: pourquoi ont-ils peur? De quoi ont-ils peur? Même les plus enragés d'entre eux savent bien que le genre des parents n'a pas d'incidence sur le devenir des enfants. Ce serait trop beau ! Tous les enfants issus d'un couple hétérosexuel seraient donc à l'abri de toute névrose. Amusant... La peur fondamentale est celle de l'Autre. Ma tutrice et amie, le Rabbin Sheila Shulman de Londres m'a dit un jour que fondamentalement, l'homophobie est en réalité de l'hétérophobie, littéralement la peur de l'autre. Cette idée me semble brillante. "Homo" en Grec signifie "le semblable". Si vous haïssez votre semblable, vous vous haïssez vous-mêmes. Peut-être est-ce cela le fond du problème? Des hommes (car ce sont essentiellement des hommes) attirés par leurs semblables qui rejettent cette idée, haïssent ce qu'ils voient en eux, et du coup deviennent violents verbalement ou en acte? 

On m'a rapporté une réflexion parue sur Facebook à ce sujet. Non, les homophobes n'ont pas peur des gays et des lesbiennes. Les homophobes sont juste bêtes. Qui peut croire un instant que ce droit brouillera les pistes en matière de filiation, marquera la fin de la civilisation, et autres fadaises? Personne ne se réveillera un matin en disant: Cool, les homos peuvent se marier. Et si je devenais homo? 

Ces gens n'arrivent pas à intégrer dans leur vision du monde une réalité pourtant évidente: le monde est complexe, et l'a toujours été. Autrefois, on se débarassait simplement de tous ceux qui témoignaient de cette complexité, à savoir toutes les minorités. Aujourd'hui, fort heureusement, les minorités dans nos pays ne sont plus persécutées. Moquées, certes, montrées du doigt. Mais plus massacrées. 

Un monde où chacun a sa place, un monde où la différence n'est plus crainte, mais respectée, valorisée, un monde où l'on manifeste pour plus de tolérance et de respect mutuel, tel est le monde qui était absent le 13 janvier. 

Quant aux autorités religieuses, hontes à elle d'adopter des positions conservatrices et rétrogrades. Le message de toute religion, du judaïsme en tout cas, est un profond appel vers plus de justice sociale, vers plus de fraternité. Je sais qu'en voyant l'histoire des religions, ou même l'actualité de certains groupes religieux, cette idée peut sembler minoritaire, ou difficilement acceptable, mais il y a plusieurs manières d'être "religieux" dans le monde. En ce qui me concerne, je suis plus intéressé par le "lien" impliqué par le mot religion (latin: religere = lier, connecter), que par les interdits. L'éthique doit être responsable, et non répressive. 

Alors, cher amis manifestants, maintenant que vous avez le sentiment du devoir accompli, rentrez chez vous, regardez le débat au Parlement et la loi passer, et puis habituez-vous à cette idée ancienne et toujours difficile à admettre: le monde change, tout est en mouvement, un individu peut vite se retrouver à la traîne. Vaut-il mieux lutter contre les changements, ou au contraire les accompagner? En ce qui me concerne, le choix est simple.

Posté par Elie27 à 12:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

07 novembre 2012

La réponse du beit haverim au texte du grand rabbin de France, Gilles Berheim

Le texte du grand rabbin de France peut être lu in extenso en cliquant sur le lien ci-dessous.

http://www.grandrabbindefrance.com/mariage-homosexuel-homoparentalité-et-adoption-ce-que-l’-oublie-souvent-de-dire-essai-de-gilles-bern

Voici la réponse du Beit Haverim, une association juive LGBT, parue dans Le Monde du 26 Octobre 2012 :

Le malencontreux texte du grand rabbin de France contre l'homoparentalité

Le Monde.fr | 26.10.2012 à 12h10 • Mis à jour le 26.10.2012 à 12h37

L'essai que vient de publier le grand rabbin de France sur le site internet du CRIF est étonnant à plus d'un titre. Relevons tout d'abord son caractère violemment homophobe. La terminologie utilisée est quasiment guerrière. A au moins trois reprises, le terme de "cheval de Troie" est utilisée. Les homosexuels, par diverses stratégies, chercheraient à réaliser un ambitieux projet, la négation de toute différence sexuelle (p. 14), le combat contre l'hétérosexualité (p. 20), l'effacement de différences sexuelles (p 17), le combat contre l'actuel modèle familial (p.20), le projet politique de détruire le mariage : " L'objectif des militants serait finalement la destruction pure et simple du mariage et de la famille ". Et à nouveau dans la conclusion, " le mariage homosexuel comme un cheval de Troie dans l'entreprise de nier la sexuation... pour dynamiter les fondements hétérosexuels de notre société ". A l'image du mythe dans l'Iliade et l'Odyssée, ce serait une malédiction. L'homophobie, la peur des homosexuels. Ici, il ne s'agit plus de peur mais de terreur. Comment qualifier autrement ce discours quasiment guerrier ?

Il faut se rappeler que le grand rabbin de France a été, avec son homologue bouddhiste, un des rares hauts dignitaires religieux à signer la déclaration contre l'homophobie à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie en 2011. Déclaration qu'il a ensuite diffusée auprès de tous les rabbins consistoriaux en juin 2012. Cette déclaration condamnait notamment tout acte de violence verbale et physique à l'encontre des homosexuels. Comment le même homme peut-il ensuite signer le brûlot qu'il vient de publier ? Ce d'autant que la religion juive s'est toujours honorée, y compris dans son rituel à bénir et respecter les lois de la République.

Pourquoi s'étonner que le grand rabbin tienne un pareil discours homophobe ? Après tout la Torah qualifie l'homosexualité masculine d'abomination et condamne à mort ceux qui commettent cette abomination. Mais le grand rabbin se défend dans son introduction d'appuyer son discours sur les Ecritures, malgré plusieurs pages consacrées à la fin de l'essai à la vision biblique de la complémentarité homme-femme. Il nous explique que l'humanité est faite de la différence sexuelle et que notre finitude, à savoir l'autre sexe à jamais inaccessible, est une marque de notre humanité. Pour mieux combattre les revendications ayant trait au mariage et à l'homoparentalité, il prête aux homosexuels rien de moins que l'intention de détruire la dimension sexuée de l'individu. Qui veut tuer son chien dit qu'il a la rage ! A l'appui de son argumentation, il reprend à son compte mot pour mot l'argumentaire de la Conférence des évêques de France dans la controverse de 2011 sur l'enseignement du genre en classe de 1ere SVT.

"La théorie du genre"

Selon cette argumentation, les revendications d'égalité des homosexuels s'appuieraient sur "la théorie du genre". Or, il n'existe pas de théorie du genre mais des études de genre. Le genre est un concept et un champ d'études. Si le grand rabbin fait l'effort de définir la notion de "genre" comme rôle social relatif aux normes imposées par la société, il tombe dans le travers qui consiste à simplifier à l'extrême, au point de tordre les mots et de falsifier la notion, en attribuant aux théoriciens du genre la définition des individus par leur orientation sexuelle plutôt que par leur sexe. Or, ce qui intéresse les études de genre, c'est l'articulation entre identité sexuelle et orientation sexuelle, comment par exemple l'hétérosexualité façonne les normes de masculinité et de féminité. L'orientation sexuelle ne vient donc nullement remplacer l'identité sexuelle, comme le prétend le grand rabbin.

Il peut être amusant de souligner que certains écrits de la mystique juive, "queers" avant l'heure, révèlent d'autres relations entre le masculin et le féminin que celles de la différence irréductible des sexes. Charles Mopsik (1956-2003), spécialiste de la Kabbale, relève que les kabbalistes considéraient comme une grave anomalie le fait qu'un homme ou qu'une femme ne comporte pas en lui la valence sexuelle opposée. L'un d'entre eux, Jacob Koppel Lifschietz, un mystique juif du dix-huitième siècle, allait encore plus loin. En s'appuyant sur le Zohar (1,137b), l'un des principaux livres de la mystiques juives : "chaque espèce aime son espèce, chaque genre est attiré par le même genre", il affirmait en 1803 que le masculin était attiré par le masculin, le féminin par le féminin et non l'inverse. Certains kabbalistes peinaient donc à admettre que le féminin puisse désirer le masculin et réciproquement. Il leur était plus facile d'expliquer, sur un plan théorique, le désir pour le même sexe que pour le sexe opposé. Jacob Koppel Lifschietz résout le paradoxe de l'hétérosexualité de la manière suivante : c'est la présence simultanée du masculin et du féminin au sein de chaque individu qui rend possible le désir de l'homme pour la femme et de la femme pour l'homme dans la mesure où c'est le féminin dans l'homme qui l'attire vers la femme, de même que c'est le masculin dans la femme qui est la clé de son attraction pour l'homme.

Quoi qu'il en soit, les homosexuels s'appuieraient sur "la théorie du genre" pour mener à bien leur entreprise de sape des fondements hétérosexuels de la société. Or, pour quiconque se donne la peine de se pencher sur le vécu des familles homoparentales et la manière dont elles élèvent leurs enfants, il sera évident qu'aucune théorie du genre n'est mise en avant pour justifier leurs revendications à l'égalité et à la protection de leurs enfants. Bien plus, un travail de sociologie encore en cours de Camille Frémont, sous la direction de Didier Le Gall, semble montrer que malgré (ou à cause de) la structure homoparentale de ces familles, elles transmettent les normes de genre à leurs enfants tant elles sont prises dans un désir de conformité et d'intégration pour leurs enfants. En quoi les familles homoparentales détruisent-elles la réalité sexuée de l'humanité ? L'altérité sexuelle de l'humanité ne pourrait pas se transmettre aux enfants élevés dans un foyer homoparental ? Des centaines d'études nous démontrent le contraire.

Ce que l'homoparentalité révèle

Les enfants nés dans les années 1970 et postérieures et élevés dans de tels foyers aujourd'hui sont adultes aujourd'hui, souvent parents à leur tour. Ils ont grandi en tant que garçon, puis homme ou en tant que fille puis femme. Certains sont homosexuels, mais la plupart ne le sont pas. Deux parents de même sexe, sont deux mères ou deux pères. Deux mères, ce sont des femmes, ce ne sont pas des êtres asexués. Deux pères, ce sont deux hommes. Ce ne sont pas deux êtres asexués. Leurs préférences sexuelles ne nient pas la sexuation de l'humanité. C'est bien en tant qu'homme ou en tant que femme, qu'une personne homosexuelle désire une personne du même sexe. De même, dans une famille homoparentale, il ne s'agit nullement de deux parents asexués.

Ce que l'homoparentalité révèle, c'est la distinction possible entre la parenté instituée et les liens biologiques. Deux mères n'ont pas conçu leur enfant ensemble. Il faut toujours un homme et une femme pour concevoir un enfant. Ni les mères lesbiennes, ni les pères gays ne le nient. Ils racontent dès le plus jeune âge à leurs enfants le récit de leurs origines et font place dans leur discours aux tiers : Donneur de sperme pour les unes, gestatrice et donneuse d'ovocyte pour les autres, cet homme bienfaisant pour les unes, ces femmes formidables qui leur ont permis de devenir parents pour les autres. La reproduction sexuée de l'humanité n'est pas remise en cause par les familles homoparentales, mais, dans ces familles, on ne fait pas semblant d'avoir procréé ensemble contrairement à ce qui est institué chez les couples hétérosexuels infertiles. Ce que les familles homoparentales revendiquent c'est de reconnaître qu'on peut constituer légalement un couple de parents sans pour autant qu'ils procréent ensemble.

Le mariage est ouvert aux couples hétérosexuels qui ne souhaitent pas avoir d'enfant. Il s'agit de distinguer ici la dimension instituée de la parenté de la dimension biologique. Ce n'est pas nier la dimension biologique, c'est au contraire, accepter de dire qu'elle existe et que dans certains cas son existence ne se confond pas avec des liens légaux de parenté. Notons que les lesbiennes et les gays ne sont pas demandeurs de l'anonymat des dons. Les couples hétérosexuels infertiles cherchent parfois à nier le recours à un tiers donneur et à passer pour les géniteurs de leurs enfants car notre société les y autorise voire les y incite. Les couples de même sexe ne sont pas tentés par cette fiction et font place dans leur récit de l'histoire de la conception, à l'intervention de ce tiers. De plus en plus de lesbiennes ayant recours à une IAD à l'étranger choisissent le don semi-anonyme, c'est-à-dire, la possibilité que leur enfant à 18 ans puisse avoir accès à l'identité du donneur qui a permis sa venue au monde. Les pères gays qui ont eu recours à une gestation pour autrui sont souvent en relation avec les femmes qui les ont aidés à donner la vie. Où est la négation de la différence des sexes ?

Renforcer le mariage

Dernier motif d'étonnement, la manipulation malhonnête des chiffres, (p15 et 16). L'auteur tente notamment de minimiser le nombre d'enfants concernés. Il rapporte par exemple le nombre d'adhérents de l'Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL) sans mentionner qu'il existe deux autres associations françaises, l'Association Des Familles Homoparentales (ADFH) et Enfants arc-ciels qui réunissent également des milliers d'adhérents et sympathisants. Mais peu importe les querelles de nombre. Au même titre que les juifs, toute petite minorité, ont obtenus leur pleine citoyenneté en dépit de leur faible nombre, même une poignée d'enfants a le droit d'être protégée juridiquement.

Nous, Français juifs , parents, homosexuels, affirmons que l'ouverture du mariage ne vient pas détruire cette institution mais la renforcer. D'autres courants du judaïsme, à l'inverse de celui que représente Gilles Bernheim, autorisent la nomination de rabbins gays, bénissent les unions de même sexe, et reconnaissent les familles homoparentales qui souhaitent transmettre les traditions. Avec un tel texte, le grand rabbin se rapproche des positions dogmatiques de l'Eglise catholique et ce faisant, perd en légitimité. Nous n'osons imaginer que ceci se justifie par un calcul politique dans un contexte de surenchères internes au Consistoire.

Franck Jaoui, porte-parole du Beit Haverim, Alexandre Urwicz, coprésident de l'AFDH, et Martine Gross, sociologue

Fenetre 1

 

Franck Jaoui, porte-parole du Beit Haverim, groupe gay et lesbien juif de France

Alexandre Urwicz, coprésident de l'association des familles homoparentales

Martine Gross, sociologue, Centre d'Etudes Interdisciplinaires des Faits religieux, CNRS

 

 

Posté par Elie27 à 00:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2012

Mariage gay : parmi d'autres propos insultants, voici un bel exemple

Le maire de Sète parle des "gays femelles".

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/10/18/animalier-le-maire-de-sete-a-accouche-des-gays-femelles-et-nen-mariera-pas/

Pas facile d'être gay ou lesbienne dans notre belle France. Où l'on apprend au détour d'une interview, de propos échangés que les gays et les lesbiennes sont des animaux. Pour le pays qui a offert au monde les droits de l'homme, tout cela sonne comme un échec des valeurs humanistes. Que nous sommes prompts à juger les autres dans leurs différences. Certes, plus tard le maire de Sète s'en est excusé, mais les mots sont dits. 

Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres. Comment accepter de tels propos, de la part d'un élu de la République ? Lorsqu'il s'agit de questions touchant aux gays et aux lesbiennes, les barrières tombent, les gens se lachent et prononcent des énormités. En quoi cela les dérange-t-il ? De quoi ont-ils peur ? 

Posté par Elie27 à 23:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 septembre 2012

Lettre ouverte au cardinal Barbarin

Monsieur le Cardinal,

Permettez-moi de me présenter, afin que vous sachiez qui s’adresse à vous. Je suis actuellement en formation dans un collège rabbinique londonien, le Leo Baeck College, où j’ai été accepté en ne cachant pas mon homosexualité. Il y a, au Royaume-Uni, une vingtaine de rabbins gays et lesbiennes, mais je serai, lors de mon retour en France, le premier rabbin ouvertement gay, et c’est à titre privé pour l’instant que je vous écris. Je n’ai pas l’intention d’être un militant de la cause LGBT. Mon intention est simplement de pouvoir vivre en accord avec ce que je suis. Nous vivons dans une société qui protège l’individu dans toutes ses différences, et qui préserve aussi le droit d’exprimer ses propres opinions. Ce que vous avez fait, et qui est votre plein droit. Mais il est aussi de mon plein droit d’apporter une voix qui peut sembler discordante de la part d’un responsable religieux, une voix qui affirme que l’homosexualité n’est pas une maladie, ni une déviance, qu’elle fait partie de la nature humaine depuis que les humains sont humains, et que l’interdit biblique qui lui est souvent opposé doit être repensé, comme cela a été fait en ce qui concerne la loi qui permet de lapider le fils rebelle ou la femme adultère, ou encore de vendre sa fille esclavage. J’ai vécu plus de vingt ans avec une femme à qui je n’ai jamais caché mon orientation sexuelle. Nous avons eu deux merveilleuses filles, qui sont maintenant dans leur vingtaine, qui sont étudiantes, qui rayonnent, et qui ne sont pas devenues lesbiennes pour autant. La base de notre famille a toujours été l’amour et le respect, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas dans les familles dites « normales ». Un jour, il nous a fallu admettre que nous devions prendre des chemins différents. Nous avons chacun rencontré un partenaire, et tous les quatre, nous sommes devenus amis. Je vous rassure, il n’est pas question que nous demandions l’accès au mariage à quatre. Voyez-vous, M. le Cardinal, les gays et les lesbiennes sont des gens comme les autres, et non les animaux pervers que vous décrivez. Savez-vous, M. le Cardinal, que deux personnes de même sexe peuvent s’aimer ? Eh oui, l’Éternel nous a aussi offert cette capacité. Savez-vous, M. le Cardinal, que deux personnes de même sexe peuvent créer une relation de couple stable et solide ? Je suis pour ma part très heureux avec mon partenaire qui est un homme extraordinaire, un artiste de talent, qui apporte de la beauté dans ce monde. Derrière cette opposition au mariage gay et lesbien, il y a une condamnation sans appel de cette orientation partagée par environ 5 à 10% des êtres humains de chaque génération. Les religions ont toujours voulu régenter ce qui se passe dans l’intimité des draps de leurs fidèles. Elles sont le reflet d’un discours masculin qui veut tout contrôler. C’est pour cela que les femmes, avec leur sexualité étrange et inquiétante pour les hommes, ont été pendant des siècles considérées par la plupart des traditions religieuses comme des inférieures, ou des mineures. C’est pour cela aussi que les gays, qui mettent en péril le rôle supposé traditionnel du mâle, ont été pendant des siècles persécutés. Quant aux lesbiennes, en tant que femmes, elles sont hors catégorie !Je souhaite de tous mes vœux que cette loi sur l’égalité de l’accès au mariage soit votée en octobre prochain. Comme vous l’avez bien dit, elle permettra aux couples de même sexe de bénéficier de ce « rempart » qu’est le mariage en offrant la protection aux personnes qui ont un projet de vie ensemble  Cette loi n’ébranlera pas les fondements de la société. Elle permettra juste à des personnes appartenant à une minorité d’obtenir des droits identiques à ceux de la majorité. J’ai parfois l’impression d’entendre des discours d’un autre temps. Le monde évolue, et en tant qu’autorité religieuse, vous avez le choix entre vous arc-bouter sur des conceptions passées, ou au contraire accompagner ces changements et attester de l’amour continu que Dieu témoigne envers ses créatures. Dimanche soir, nous entrerons dans la période des Jours Terribles avec Rosh Hashana. Je voudrais citer les paroles d’un sage du Hassidisme, Rabbi Zousya. Près de la fin de sa vie, il prononça ces paroles : « Dans le monde qui vient, la question qu’on va me poser, ce n’est pas : Pourquoi n’as-tu pas été Moïse ? Non, la question qu’on va me poser c’est : Pourquoi n’as-tu pas été Zousya ? ». Ce que la Tradition juive nous demande, c’est d’être honnête avec soi-même, bon avec son prochain, faire preuve de respect pour tous, et surtout ne pas juger son prochain avant d’avoir été à sa place.


René PfertzelÉtudiant rabbinLeo Baeck CollegeLondresRoyaume-Uni

Posté par Elie27 à 15:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 septembre 2012

L’homosexualité dans les différents courants du judaïsme

La prohibition énoncée dans le Lévitique : « Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme » est simple et claire et a conduit à une interdiction sans équivoque de l’homosexualité dans les religions monothéistes. Pour autant, la question n’est pas résolue, et il ne suffit pas de dire : « c’est interdit » pour que les homosexuel/les puissent se conformer aux ordonnances de la Torah. Le fait homosexuel est une réalité incontournable de l’expérience humaine. C’est la raison pour laquelle l’acceptation ou le rejet de l’homosexualité fait débat dans les différentes tendances du judaïsme.

La pluralité du peuple juif est une donnée ancienne qui s’est encore accrue après l’entrée des Juifs dans la modernité lorsqu’ils quittèrent les murs étroits des ghettos. La grande question, le grand défi était bien la manière dont on allait réagir à ce phénomène nouveau dans l’histoire juive. De là provient la grande diversité au sein du monde juif, depuis les ultra-orthodoxes qui rejettent le monde moderne de façon très nette et radicale jusqu’à celles et ceux qui ont décidé de couper les ponts et de s’assimiler à la population environnante. Entre ces deux pôles, les Orthodoxes, fort disparates dans leurs dénominations, les non-traditionnalistes, Massorti (Conservative américains) ou Libéraux (Reform, Liberals ou Libéraux), et en dehors des mouvements religieux, les différents courants du sionisme ou encore ceux qui adhèrent à des partis politiques promettant l’égalité.

Traiter de la façon dont les Juifs considèrent l’homosexualité revient donc d’abord à prendre acte de la diversité de ce groupe humain.

Le monde des ultra-orthodoxes est celui du petit village polonais ou est-européen, celui des cours rabbiniques, des histoires merveilleuses contées par les Hassidim, un monde qui est enclavé et séparé de ses voisins. Le monde extérieur est dangereux et source de tentations sans fin. Il faut impérativement s’en protéger. Dans ce contexte, l’homosexualité fait l’objet au mieux d’un déni, au pire d’un rejet absolu comme étant une abomination. Le film que Haim Tabakman a tourné en 2009, Tu n’aimeras point, fait le récit d’amours homosexuelles dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim. Il dépeint de manière assez réaliste la complexité de ce sentiment dans un milieu qui le nie. Il a provoqué l’ire de ses habitants qui ont manifesté contre lui.

Une fraction importante des Juifs religieux, du moins en Israël et en Europe, s’inscrit dans ce que l’on appelle communément l’Orthodoxie, ou le judaïsme traditionnaliste. Ces Juifs ne rejettent pas le monde dans lequel ils vivent. Ils cherchent à adapter les exigences de la loi juive à la vie moderne, mais sans céder sur la Tradition qu’ils considèrent comme révélée en l’état sur le Mont Sinaï à Moïse. Rien ne peut donc en être retranché ni ajouté. Cette position amène parfois des situations conflictuelles entre ces deux pôles de leur existence. Le courant le plus représenté, Modern Orthodox a été pensé au XIXe siècle par un rabbin qui souhaitait faire le lien entre la Torah et le monde moderne, Samson Raphaël Hirsch. Le judaïsme consistorial français aujourd’hui est largement influencé par cette voie. Bien évidemment, il n’a rien de monolithique et les motifs de désaccord sont assez fréquents, notamment en ce qui concerne les débats de société, dont l’homosexualité. Depuis les années 1970, aux Etats-Unis, certains rabbins (dont Rabbi I. Jakobovitz) ont commencé à adopter une position plus empathique à l’égard des homosexuels considérés jusqu’alors comme ayant fait un choix qu’il ne tenait qu’à eux d’abandonner. Cette période correspond à une réévaluation de l’homosexualité dans la sociologie, la psychologie et même les sciences bibliques, et il n’est pas surprenant que les rabbins s’interrogent à leur tour. Le rabbin Norman Lamm[1] déclare en 2002 que loin d’être des rebelles, les homosexuels sont malades et à ce titre méritent de la compassion et du soutien. Cette opinion peut paraître choquante, mais elle est en réalité une étape importante dans le monde orthodoxe car elle refuse l’exclusion. Cette vue n’est certes pas partagée par tous, mais elle fait son chemin parmi les rabbins orthodoxes américains. En Europe, les rabbins ont une attitude plus traditionnelle, sauf peut-être au Royaume-Uni où le Grand Rabbin Jonathan Sachs a aussi fait une déclaration appelant plus de compassion. A la fin des années 1990, le rabbin orthodoxe américain Steven Greenberg fit son coming-out. Il vit désormais avec son partenaire et milite pour une reconnaissance des homosexuels dans le monde orthodoxe[2]. Plus récemment, une association juive gay orthodoxe a vu le jour en Israël, non sans que son fondateur ait subi menaces et pressions[3]. On le voit, par ces quelques exemples, la position des autorités orthodoxes n’est pas monolithiques et semble évoluer. Mais les évolutions dans le monde religieux traditionnel sont toujours très lentes. Le temps y est celui des longues durées.

Le monde non-orthodoxe -traditionnel et non traditionnaliste- a adopté des attitudes plus ouvertes sur les questions de société. Il faut cependant faire une distinction entre deux grandes branches du judaïsme non-traditionnaliste, la branche massorti, ou Conservative, et la branche libérale, ou Reform. Les débats ont été très vifs en Amérique du Nord où ces mouvements regroupent la grande majorité des Juifs religieux. Encore en 1992, le Comité sur la Loi Juive du mouvement massorti a adopté une résolution rejetant l’homosexualité comme contraire à la Halakha, la Loi juive. Cependant, au sein de ce même comité, et dans l’institution qui forme aux Etats-Unis ses rabbins et cantors (ministres officiants), le Jewish Theological Seminary (JTS), des discussions fort nourries ont eu pour objet l’acceptation de candidats ouvertement homosexuels au séminaire. Ce qui fut fait en 2007 pour le JTS. Les autres séminaires massortis ont gardé le droit d’accepter ou non de tels candidats, certains l’ayant fait, d’autres l’ayant rejeté. On remarque donc que, comme dans les milieux orthodoxes, les débats sont plutôt récents, et les évolutions très rapides.

Le mouvement libéral, ou Reform, est celui qui compte dans le monde religieux juif le plus d’adhérents. Il n’est pas encore très connu en France où il ne représente qu’une minorité dans la communauté juive française, mais une minorité en expansion. Dès le années 1980, la Conférence Centrale des Rabbins Américains (CCAR) a pris acte des avancées de la science qui ont démontré que l’homosexualité est une orientation sexuelle biologique et non du domaine du choix, et que la Loi doit être interprétée de manière différente. C’est la raison pour laquelle les homosexuel/les sont acceptés à part entière dans les communautés juives, et qu’à partir de la fin des années 1980, les candidats ouvertement homosexuels peuvent être admis dans l’école rabbinique, le Hebrew Union College (HUC). Il en est de même dès cette époque au collège rabbinique européen, le Leo Baeck College de Londres ou encore celui de Berlin, l’Abraham Geiger Kolleg ouvert en 2000. En 1996 et 1998, la CCAR adopte un mariage religieux pour les couples homosexuels. Et, afin de réfléchir aux questions touchant les personnes LGBT, le HUC a créé un Institut pour le Judaïsme et l’Orientation Sexuelle (IJSO)[4].

En ce qui concerne la France, la situation est semblable à ce qui se passe ailleurs. Le judaïsme consistorial, d’obédience orthodoxe est largement défavorable à la présence d’homosexuels dans ses communautés. Ceux-ci ne doivent pas faire état de leur identité et l’on reste plutôt dans le non-dit. Les communautés libérales acceptent sans difficulté des personnes homosexuelles comme membres à part entière. La question du mariage gay ne se pose pas en France puisque ce mariage n’est pas autorisé par la loi de la République, contrairement au Royaume-Uni où le mariage gay est autorisé depuis 2005. Une branche du judaïsme libéral, Liberal Judaism, marie religieusement les couples de même sexe, comme c’est le cas aux Etats-Unis.

Entre rejet total, empathie, compassion, acceptation complète, la situation des homosexuels juifs varie beaucoup d’un mouvement à l’autre. Loin d’être monolithique, la réponse des autorités religieuses reflète la diversité des sensibilités et des courants.

 

 

 

René Pfertzel

Etudiant rabbin

Leo Baeck College, Londres



[1] http://www.jonahweb.org/sections.php?secId=90

[2] [2] Voir par exemple son:  Wrestling With God and Men: Homosexuality in the Jewish Tradition, University of Wisconsin Press, 2004.

[3] www.hod.org.il

[4] http://www.huc.edu/ijso/inclusion/

Posté par Elie27 à 23:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2012

L’homosexualité dans le judaïsme

Deux versets de la Torah interdisent expressément les pratiques homosexuelles masculines.

Le premier se trouve en Lévitique 18, 22 : « Tu ne coucheras pas avec un homme comme avec une femme. C’est une abomination ». Ce terme très fort dans son sens renvoie à quelque chose qui est radicalement mauvais et qui mérite, selon le second verset, la mort : « L’homme qui couche avec un homme comme on couche avec une femme, c’est une abomination qu’ils ont tous deux commises. Ils devront mourir et leur sans retombera sur eux » (Lévitique 20, 13). La peine de mort reste cependant théorique puisque les tribunaux rabbiniques à l’époque du Second Temple ne la prononçaient pas dans la pratique. Personne n’a jamais été mis à mort à cause de cela.

Quelques remarques peuvent être faites à propos de ces deux versets. Certains commentateurs modernes ont insisté sur le « comme ». Dès lors, ce qui serait interdit n’est pas le sentiment amoureux homosexuel, ni même certaines pratiques homo-érotiques, mais la sodomie en elle-même en ce qu’elle implique une féminisation du partenaire passif. Il s’agit d’éviter la confusion et le mélange des genres. Toujours dans le même esprit, cet interdit est un moyen de se démarquer des populations environnantes où les pratiques homosexuelles sont admises. En outre, cette pratique implique de répandre la semence « en vain » ce qui est contraire à l’exigence de procréation. Il convient de rappeler que le judaïsme encourage la sexualité comme moyen d’épanouissement entre deux individus, le plaisir doit faire partie de l’acte sexuel, et une femme peut même, en théorie, demander le divorce si son mari ne la satisfait pas. Cependant, la sexualité ne peut s’exercer que dans des limites bien précises, entre deux individus mariés, et aussi dans le but de procréer.

Il est intéressant de noter que l’homosexualité féminine ne fasse pas l’objet d’un tel interdit. Le seul problème selon Maïmonide, un décisionnaire du 12e siècle, est que la femme lesbienne puisse se refuser à son mari.

On l’aura compris, la sexualité biblique est inégalitaire, la puissance de l’homme se caractérisant par sa capacité à pénétrer sa partenaire qui a un rôle inférieur. De plus, dans le récit célèbre de Sodome et Gomorrhe (Genèse 19), l’homosexualité sous-jacente est perçue avant tout de manière violente comme une tentative de domination par la sodomie (pratique qui tire son nom de cet épisode).

Et pourtant, comme l’a démontré le professeur Thomas Römer de la Faculté de Théologie Protestante de Lausanne, l’histoire de David et de Jonathan peut être interprétée comme ne histoire d’amour entre deux hommes, puisque David dit après la mort de Jonathan : « Je suis dans la douleur à cause de toi, Jonathan, mon frère ! Tu m’étais plus cher que tout, ton amour pour moi était merveilleux, plus que l’amour des femmes » (1 Samuel 1, 26).

Cette ambivalence face à l’homosexualité est reflétée aujourd’hui par les différents courants du judaïsme. Le monde traditionnaliste dans son ensemble en reste à une lecture littérale du livre de Lévitique, et dans les milieux ultra-orthodoxes, le sujet fait l’objet d’un déni collectif. On peut toutefois observer de légers changements. Le rabbin orthodoxe américain Steven Greenberg par exemple a fait son coming-out et vit ouvertement avec son partenaire. Il a écrit sur ce sujet et essaye de faire évoluer la perception de son milieu[1]. En Israël, une association gay orthodoxe a vu récemment le jour à l’initiative d’un rabbin orthodoxe israélien homosexuel (www.hod.org.il).

Les mouvements non-traditionnalistes, comme le mouvement libéral ou le mouvement Conservative (massorti) ont adopté une position plus ouverte sur cette question. Si les séminaires rabbiniques libéraux acceptent désormais des étudiants rabbins ouvertement gays, ce sujet fait encore l’objet de débat dans les différents séminaires massortis et le choix est laissé à chaque centre de formation. Concernant la question du mariage homosexuel, certains rabbins libéraux, ou même certains mouvements libéraux, comme le mouvement anglais Liberal Judaism acceptent de marier des personnes du même sexe. La question ne se pose pas encore en France puisque seul le mariage civil est reconnu. Le mariage religieux ne peut se faire qu’après celui-ci, et pour l’instant, le mariage entre personnes du même sexe n’est pas légal dans notre pays.

Mais d’une manière générale, les mouvements non-traditionnalistes ont reconnu que l’homosexualité n’était pas un choix délibéré et qu’elle n’était pas une inclination contre nature. Elle est un fait constitutif de l’identité de certaines personnes et nullement une maladie de l’âme. Il existe des groupes juifs homosexuels, comme le Beit-Haverim à Paris et dans certaines villes en région, ainsi que des communautés totalement homosexuelles, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

 

 

 

 

 

 

René Pfertzel

Etudiant rabbin

Collège rabbinique libéral Leo Baeck College, Londres.



[1] Voir par exemple son :  Wrestling With God and Men : Homosexuality in the Jewish Tradition, University of Wisconsin Press, 2004.

Posté par Elie27 à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2012

Graeme Duddridge, photographe

IMG_0061tn

 

Parfois on fait des rencontres dans la vie qui bouleversent l'existence. C'est le cas de ma rencontre avec Graeme Duddridge, un photographe londonien, dont voici quelques oeuvres. 

Pour en admirer plus, allez voir www.graemeduddridge.com

 

 

tn

Posté par Elie27 à 21:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Parasha Teruma

Parashat Terumah

After the end of the Second World War, probably because humanity was staggered and horrified, most of the Western countries developed an economic system which was based on State interventionism. This actually started in the 1930s in the United States with President Roosevelt’s New Deal, built on the ideas of the economist John Maynard Keynes. The underlying principles were very generous and humanistic: the community had a duty to safeguard the poorest in its midst and protect them from extreme poverty, from disease, from loosing dignity. Hence the Welfare State in the United Kingdom and L’Etat Providence in France, not to mention the German social system, which used to be, until very recently, one of the most protective in the Western world.

But such systems have a price, and already in the 1940s, voices were heard challenging a social method supposedly modeled on Communist countries, and costing so much to society that it undermined the bases of freedom. This thesis was developed from the 1940s onwards, particularly in the Chicago School of Economy, run by Milton Friedman. Of course, at that stage, these ideas were in the minority.

Over the course of several decades, Milton Friedman’s disciples, the Chicago boys, were sent to South America when leftist governments were overthrown, like Chile in 1973. And they applied these new principles of an absolute free market. The main principle was very simple: the market had enough wisdom to regulate itself without State interventionism. There is an excellent book published in 2008 by Naomi Klein, The Schock Doctrine, which explains in depth this shift.


This was a shift, a new paradigm in managing public affairs. On the basis of such policies, Margaret Thatcher was elected in 1979 in this country, Ronald Reagan in 1980 across the ocean. It seemed to a lot of people that the previous system had outlived its usefulness, and that it was time to introduce more freedom and private funds in general affairs.

I am not trying to make a political manifesto for or against the huge shift we have been facing for more than 30 years. It has had some successes, and probably also a lot of failures: we live in a world dominated by the fantasy of economic growth, according to which each year should be better than the previous one, a world which has created wealth at a level never before reached, but also a world in which social inequality continues to widen.

The question is not: is this system good or bad? Should we vote Conservative or Labour? Right or Left? The question is probably deeper than such mundane considerations. The world is changing, that is not a scoop, and it is changing very quickly, apparently in opposite directions, where self-interest becomes more important than the common interest. What sort of world are we transmitting to future generations?  

The good news is that it is not quite as frightening as it seems at first glance. Some voices have to rise up. As progressive Jews, we have to speak loud, to speak up. We are blessed by being the recipients of an old tradition, which always has something to say to the world. We do not see the world as bad in itself, but rather as a place, which has to be constantly corrected and improved. What we call in tikkun olam, repairing the world.

And in our weekly Torah portion I see at least two reasons to hope against hope.

We read in Exodus 25:2: “Tell the Children of Israel to bring me terumah, gifts, offerings. You shall take the terumah from every person that gives it willingly with his heart”.

The Conservative Torah Commentary, Etz Hayim explains: “the word terumah comes from a root meaning ‘to elevate’. It can also imply that the act of offering a gift to God elevates the donor to a higher level as well”.

Of course, the setting of this verse is the building of the mishkan, the place where God will dwell amongst his people in the wilderness and which accompanies it during its wanderings.

Of course, It might be very naïve to think that people would give something by pure generosity! Therefore, this verse emphasizes collective responsibility and illustrates the rabbinic principle of kol Israel arevim zeh lezeh, every Jew is connected one to the other, and by capillary action, every human being is connected to the rest. If, as a community, as a society, or even as the human species we forget this, then we have no future. Our planet is a grain of sand in the entire universe, and unfortunately we tend to forget this, focused as we are on our selfish little problems.

The second reason to hope against hope is found later in the same chapter: “Let them build me a sanctuary, so I will dwell amongst them” (Exodus 25:8). This does not mean that God actually lives inside this limited space. The mishkan, literally the “indwelling” of the divine presence, acts as a reminder for Israel that there is a higher purpose than the tribulations they are going through in the wilderness. Moreover, the text explains with a lot of details the shape of this portable sanctuary, and this place becomes eventually the central point of the social life of the Children of Israel. Around the mishkan, the social structure and the hierarchy of the people are set. It becomes the place of inclusivity inclusiveness of all the people.

We need structures, boundaries, self-definitions, to create a safe space where we can easily identify who we are, as a mirror of our own identities: who am I? From where do I come? What am I heading towards?

But we need also this space to remain open, generous, elevated. That means that we should go beyond our limited selves towards the larger group to which we all belong, humanity. This requires a sense of terumah, a sense of gift, which we must offer willingly.


Rene Pfertzel
February 2012

 

Posté par Elie27 à 21:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]